Posts tagged ‘Add new tag’

Vivent les vacances à la ferme

Les vacances arrivent et il est temps de faire ses valises. Et si cette année l’aventure était au coin d’un chemin de campagne ? Eh oui, les vacances à la ferme sont une bonne façon de passer des vacances écolos et authentiques, sans émettre une tonne de gaz à effet de serre pour aller à l’autre bout du monde.

Voici donc une petite sélection de sites Internet consacrés au tourisme à la ferme.

Commençons par Bienvenue à la ferme, qui propose plusieurs centaines d’adresses d’hébergement dans toute la France. Avec des formules classiques (gîte, camping à la ferme…) mais aussi d’autres plus tendance, qui nous proposent d’éveiller tous nos sens. Je démarre par la formule « apéritif sur le vigneron », et choisis le Mas Poupéras près de Vaison-la-Romaine, qui me propose une dégustation des vins du domaine accompagnée de pâté, caillette, fougasse, fromage de chèvre, légumes et fruits de saison… Les plus gourmands pourront choisir parmi les nombreux stages de cuisine proposés sur le site de Bienvenue à la ferme, et les plus écolos bien sûr choisiront une ferme bio. Les plus sérieux choisiront une formule découverte ou formule pédagogique, qui permet de s’initier, ou de faire initier ses enfants, aux joies de l’agriculture. Et en cherchant bien, le site recèle de vraies perles, comme cette ferme musicale bio qui, outre des stages de cuisine, propose des ateliers d’éveil musical et des cours de percussion. Un bon point : le moteur de recherches multi-critères très pratique pour trouver votre bonheur.

Plus militant, le site d’Accueil Paysan propose un grand choix de gîtes, campings, auberges et chambres d’accueil, à choisir par région.

Si votre ligne vous préoccupe, l’association Forme en Ferme, dédiée à la vie saine, propose des séjours dans des fermes adhérentes, dont les exploitants ont reçu une formation sur les liens entre alimentation et santé, et qui proposent aussi des activités sportives : randonnées, piscine, vélos, VTT… Belle formule mais hélas, le site Internet a tendance à bugger un peu.

Plus hédoniste, le site d’agrivacances, dédié à l’agritourisme en PACA (Provence – Alpes – Côte d’Azur) propose des séjours à la ferme avec dégustations de vins, olives, huile d’olive, légumes, fruits, confitures, fromages, miels… dans des sites souvent enchanteurs.

Et pour ceux qui sont coincés en région parisienne, il reste toujours la possibilité d’aller se rafraîchir les neurones à la Ferme de Sainte-Marthe, où Philippe Desbrosses, un grand expert, praticien et défenseur de l’agriculture biologique en France, a créé l’association Intelligence Verte consacrée à la promotion de la biodiversité naturelle et humaine. Conférences, stages de jardinage bio ou de cuisine bio, stages « vivre et travailler autrement »… de quoi passer un été intelligent.

Anne Gouyon

Publicités

juillet 10, 2008 at 5:56 Laisser un commentaire

Sur la côte espagnole, le tourisme positif se joue au niveau local

Le port de Javea (c) Axel Springer

Le port de Javea (c) Marcos Castellano

Il est 20 heures au coeur de Javea, sur la Costa Blanca espagnole. En ce début de juillet, la température frise les 30°. Pourtant, les habitants du village ne sont pas massés devant une bière fraîche et quelques tapas : ayant répondu à l’appel de la Plateforme Civique de Défense du Territoire et du Littoral, ils sont venus manifester devant la mairie. Leurs pancartes: « NON! À l’extension du Port! OUI! À un aménagement concerté et durable ! »

Eh oui, il ne faudrait pas l’oublier, le tourisme positif, c’est avant tout au niveau des collectivités locales qu’il se joue. Pour avoir négligé le long terme, la plupart des mairies de la Costa Blanca, cette bande de plages blanches qui s’étend au Sud de Valence, se sont laissé envahir par le béton. Résultat : elles n’ont attiré qu’un tourisme de masse, très destructeur pour les ressources naturelles, et peu producteur de valeur ajoutée. Une fois les terrains vendus, les profits ont largement été réalisés par des sociétés de construction extérieures à la région. Les constructions sont de faible qualité – La Courneuve au soleil – et prennent surtout la forme d’immeubles d’habitations secondaires, occupés une faible partie de l’année, et qui, contrairement à l’hôtellerie, génèrent peu d’emplois.

Le village de Xabia a eu de la chance. Ses côtes sont surtout rocheuses et ont peu intéressé les promoteurs, que la Municipalité, au fil des ans, a su tenir en respect en évitant les grands immeubles. Et le maire actuel, prenant acte des nouvelles tendances du tourisme durable, entend bien faire de sa commune un exemple de tourisme de qualité.

Alors, et ce port ? Il est maintenant 21 heures. Le Conseil Municipal vient d’entamer une session extraordinaire. L’ordre du jour : voter pour ou contre un projet d’extension du Port soutenu par la Région. Le Maire rappelle les faits : « Ce projet, cela fait 8 ans qu’il a été proposé par une Société de construction. Huit ans qu’il a été rejeté par le conseil municipal et la population. Moi-même j’ai été réélu sur la base d’un programme de rejet de cette extension du Port. » C’est qu’il y a beaucoup d’argent en jeu. L’idée : transformer le paisible petit port de pêche de Xabia en un vaste port accueillant des bateaux de plaisance, comme dans la ville voisine de Dénia. Un projet qui détruirait le littoral et l’ambiance du port, transformant en parking les espaces paisibles où les familles viennent se promener. Un projet soutenu notamment par une partie des commerçants, qui espèrent en retirer une hausse de leur activité. Mais largement rejeté par la population, comme en attestent les nombreux opposants massés devant la salle du conseil, qui applaudissent avec enthousiasme les déclarations du Maire.

Au bout de deux heures de délibération, le conseil vote finalement, encore une fois, Non au projet d’extension du Port. L’environnement a gagné. Mais pour combien de temps ? Pour continuer à préserver la beauté tranquille du Port de pêche du village, il va falloir combiner ce modèle de conservation avec une valorisation des atouts de la région : attirer une clientèle touristique de qualité, proposer de nouvelles attractions comme la dégustation de poisson frais, peut-être des promenades en mer… Le tourisme positif, c’est aussi des créations d’emploi à haute valeur ajoutée, permettant de proposer à la population une alternative au bétonnage sauvage.

Anne Gouyon

juillet 7, 2008 at 12:50 Laisser un commentaire


Langues

English français

Tenez-vous au courant de l'actualité Web du tourisme!

Ce blog partage avec vous notre vision d'un tourisme positif pour l'environnement et les communautés, que vous retrouverez sur Viatao, notre site web 2.0, et dans les guides de voyage Natural Guide. Laissez vos commentaires !

Les auteurs du blog: